L’industrie automobile toujours plus performante grâce à la technologie

Les constructeurs automobiles du monde entier dispose de machines ultra modernes équipées d’une technologie bien utile. Sans le progrès de la science on serait incapable de produire et vendre une auto pas cher. Ce que l’on doit voir ce n’est pas le remplacement de l’homme par la machine, mais l’amélioration des conditions de travail grâce au progrès industriel.

La demande est de plus en plus exigeante

Il est vrai que les usines automobiles ont intérêt à être performantes si elles ne veulent pas fermer boutique. Évidemment, les constructeurs automobiles sont aux manettes et donnent le sens de la marche aux sous-traitants, ces PMI qui elles aussi sont toujours à la recherche d’axes d’amélioration continue. Si l’on s’intéresse un peu au sujet, on va visiter des ateliers de fabrication et on verra que toutes les tâches entreprises par les employés sont calculées, optimisées. Il en est de même pour les installations, les robots, les machines automatiques, on regarde la performance globale d’une machine comme ses éléments tels que les capteurs photoélectriques, les programmes, les convoyeurs…

robotisation

La demande étant très exigeante, il faut être compétent, performant, ponctuel, et donc il est interdit de ne pas être au point et de subir des avaries machines.

Une technologie industrielle de pointe pour un résultat optimal

Il est vrai que lorsque l’on parle des capteurs photoélectriques aujourd’hui, on ne peut pas ignorer à quel point la technologie a évolué. Les progrès électronique, informatique et robotique des ces dernières années ont permis d’obtenir des résultats très intéressants dans les usines automobiles. Il ne fait aucun doute que sans ces progrès nous ne pourrions pas être en mesure de répondre aux attentes des consommateurs.

Regardez, nous allons d’ici quelques années découvrir la voiture autonome, les taxis drones, tout cela ne serait possible sans la technologie et le progrès. Il n’y a aucun message politique dans cet article, ce texte n’a en aucun cas été écrit pour défendre les industriels, c’est juste un constat. Qui troquerait la technologie actuelle pour celle d’il y a 100 ans ?